low cost reunion
A l'heure où une première compagnie "low cost" (à bas coût) vient s'installer à la Réunion pour ajouter de la concurrence au marché local du transport aérien, qu'est-ce que cela change pour les Réunionnais ?

Presque rien à vrai dire. Mais quel est le modèle économique de ces sociétés à bas prix ? La règlementation internationale est un peu plus souple pour l'aviation low cost dans une optique de diminution des coûts.

Ainsi ces avions d'un autre genre embarquent le minimum vital pour minimiser les coûts et le poids de l'appareil afin de maximiser le nombre de sièges à bord en économisant en même temps du carburant. Donc un seul WC pour les 500 passagers, un seul bagage à main d'un kg par passager. Un sachet de nouilles réhydratées à l'eau chaude pour tout repas à bord. Il existe cependant une multitude d'options payantes.

Les règles de sécurité sont aussi spécifiques à ce type de vol, nous apprenons qu'il n'y a pas de gilets de sauvetage à bord. Pour la simple et bonne raison qu'il a été prouvé que lors d'une explosion en vol ou d'un crash à haute vitesse sur terre ou dans l'eau, un gilet de sauvetage n'a jamais aidé personne.

Cela va encore plus loin, le personnel est réduit à son plus strict nécessaire. On compte donc 2 hôtesses pour tous les passagers. Les pilotes sont payés à moitié prix car ils sont engagés avec moitié moins d'heures de vol normalement nécessaires pour les pilotes gros porteurs.

Les agents au sol affectés exclusivement à la compagnie "Low Cost Airline" sont des mécaniciens en apprentissage et n'ont donc pas besoin d'être rémunérés, ce qui permet au final de proposer ces tarifs attractifs aux passagers.

La bonne nouvelle malgré ces conditions de vol un peu rudimentaires au niveau du confort, c'est qu'en moyenne sur 100 vols à bas coût on ne déplore que 24 pertes et les chances d'arriver à destination sont presque similaires à 24% près à un vol classique. Et vu les économies substantielles réalisées, de plus en plus de voyageurs se laissent séduire et tentent leur chance. Le taux de réservation des Réunionnais explose déjà.

Le plus connu des vols "low cost" reste encore le MH370 de la Malaysia Airlines qui avait malheureusement disparu suite à une bête panne de carburant car un jeune "technicien au sol" en contrat d'apprentissage avait oublié de faire le plein avant le départ.

L.O

Aller au haut