rats et tangues
Karl TECHER est un habitant du Plate Saint-Leu connu et respecté de la petite ville des haut du Sud-Ouest. En apparence, c'est un petit gérant de son entreprise d'espaces verts. Il cache cependant un lourd secret.

En période de prélèvement des tangues il devient un chasseur très efficace. C'est du moins ce que tout le monde pensait. Depuis plus d'une dizaine d'années, l'homme fournit le marché local. Restaurants, particuliers, à raison de 10 euros le gibier, la période de chasse lui permet d'engranger d'importants bénéfices.

Sa méthode impressionne, il est jalousé car sa réserve semble inépuisable. C'est en voyant un reportage animalier sur les rongeurs il y 14 ans qu'il a une idée bien singulière. Le rat y est décrit comme un animal qui, s'il est bien nourri peut atteindre une taille impressionnante (proche de celle d'un tangue adulte). Et l'avantage est que sa période de reproduction est très courte et les portées sont importantes en nombre.

Un jour il fait l'expérience dans son sous-sol d'élever de gros rongeurs qu'il nourrit avec toutes les denrées périmées qu'il récupère auprès de différents commerçants. Il fait tester la chair des rats à des connaissances en faisant passer les mets pour du civet de tangue. La supercherie semble parfaite, personne ne voit la différence, d'autant plus que le rat une fois vidé, débarrassé de ses poils, du bout de son museau et sa queue ressemble comme 2 gouttes d'eau au tangue. Même les chasseurs les plus aguerris ne voient pas la différence une fois l'animal dépecé et congelé. TECHER qui confie n'avoir jamais goûté au civet de rat sent la bonne affaire. Il élève donc des rongeurs toute l'année et en remplit ses congélateurs pour pouvoir inonder le marché local. Un commerce florissant sous l'appélation "Tangues du Plate" se met alors en place.

Plus les bénéfices sont gros plus la production augmente, TECHER investit dans du matériel technologique pour optimiser son rendement. C'est avec une regrettable erreur de précipitation que le pot aux roses sera découvert. C'est un client mécontent de constater que son tangue a "une grosse queue dégoûtante" qui donnera l'alerte. La perquisition révélera l'affaire. Karl TECHER exprime de gros regrets aux enquêteurs. En effet il s'en veut terriblement d'avoir pu oublier de couper la queue du rat alors qu'il fait ça depuis des années.

L.O

Aller au haut