toyota dyna
Willy LATCHOUMANY un Portois originaire de Saint-André n'oubliera pas le 3 août, en descendant les rampes de Saint-Paul il fait une incroyable sortie de route pour atterrir au pied de la grotte des premiers Français.

LATCHOUMANY arbore à son rétroviseur un imposant Marlé (bouquet de fleurs de protection) d'une envergure d'environ 1 mètre. Cela ne le gêne pas pour conduire même si dans les virages il doit parfois sortir la tête par la vitre conducteur pour voir la route correctement. Il fait ce chemin pourtant chaque jour pour rejoindre sa plantation de bringelles au Guillaume Saint-Paul.

Mais ce jour-là quelque chose est différent, dans un virage, un essaim d'abeilles qui a visiblement pris possession de son énorme bouquet de fleurs pendant la journée, se met à l'attaquer. Il reçoit des dizaines de piqures sur le torse. Il a le réflexe de se protéger le visage au prix de devoir lâcher le volant. En plein virage, la force d'inertie fait basculer le bouquet vers lui, obstruant totalement le pare-brise.

Il perd le contrôle total de son véhicule Toyota Dyna et entame alors une terrifiante descente sur la falaise devant lui qui va l'amener au pied de la grotte des premiers Français. Pendant les nombreux tonneaux de sa camionnette, l'homme voit sa vie défiler devant lui, il est balloté dans tous les sens, sa gourmette en or de 400 grammes contribuera malheureusement à le lacérer quelque peu au niveau des jambes pendant la chute.

Il ne doit la vie qu'à un improbable concours de circonstances, en effet au moment fatidique de l'impact, le véhicule est freiné par la végétation, notamment des plants de curcuma sauvages. Mais le vrai miracle vient après quand son airbag défectueux ne se déclenche pas. C'est finalement l'épaisseur de son collier de fleur gigantesque qui remplacera le dispositif de sécurité et fera office d'airbag au moment ou son visage allait heurter le tableau de bord. Finalement son Marlé a bien joué son rôle protecteur.

Heureux de s'en être si bien sorti, Willy LATCHOUMANY a promis que son prochain Marlé (1) sera encore plus gros pour une protection maximale.

L.O

(1) les Malbars à force de tout franciser ont presque totalement perdu leurs racines les liant à leur Inde d'origine donc on peut tout écrire n'importe comment car tout le monde s'en fiche en fait, et le nom de la "garantie" ou de la "protection" peut s'écrire Marlé / Marlée / Marley / Marleï / Marlié / Maalei etc....

Aller au haut