sabotage filet
En voilà un qui ne risque pas de recommencer. C'est sous les yeux médusés de son compagnon d'infortune que Pierrot LAROCHE, un Saint-Gillois de 38 ans a été littéralement avalé par un requin blanc.

C'est une équipe de 2 hommes très déterminés qui se mettent à l'eau très tôt aux premières lueurs de l'aube ce dimanche 18 décembre. Ils ont la ferme intention de vandaliser pour la énième fois le filet anti-requin placé là par la municipalité. Chacun a ses arguments, LAROCHE est un fervent défenseur de la cause animale, ces filets le répugnent car il est convaincu qu'ils sont dangereux pour la faune. Bernard PAYET lui a d'autres motivations, pêcheur professionnel, il est financé à prix d'or par l'Etat pour pêcher du squale après chaque accident et ce filet le gène également car protégeant trop bien les baigneurs, il est donc au chômage technique.

Les 2 hommes voisins dans la vie ont joué de malchance ce matin-là. Les requins blancs même s'ils sont rares du côté de la Réunion sont pourtant présents en petit nombre et bien plus féroces que leurs congénères sociétaires des lieux, les tigres et les bull-dogs. Etant rentré dans leur quartier sans son comparse, il a bien été obligé de raconter son histoire aux autorités.

C'est après le découpage du filet que le drame survient. A la vitesse de l'éclair, l'écologiste est happé comme un toast, il n'a pas dû souffrir tant c'était subit. Tétanisé, PAYET est impuissant. Lui se trouvait encore à l'intérieur des filets tandis que LAROCHE s'était rendu à l'extérieur de l'enclos qu'il venait de saboter. C'est probablement ce qui l'a sauvé.

Mais il n'est pas sorti d'affaire pour autant, l'animal de 7 mètres environ semble déterminé à reprendre un encas. S'ensuit un jeu du chat et de la souris qui durera longtemps. Tour à tour le mastodonte entre dans l'enclos par l'ouverture, Payet en sort alors en passant par-dessus en se propulsant avec ses palmes, quand l'animal en sort, l'homme y pénètre à nouveau. Par moments l'animal fait mine de sortir et refait demi-tour brutalement pour tenter de surprendre sa proie mais PAYET est vigilant car s'il se trompe dans sa synchronisation, l'issue lui sera fatale.

L'animal change alors de tactique en se propulsant hors de l'eau pour passer lui aussi au-dessus des filets, PAYET s'adapte et emprunte à son tour le trou fait par son voisin qui du coup devient salvateur. Il doit toujours se trouver du bon côté du filet et au bon moment, il n'a pas le choix.

Au bout de près de 2 heures de fuite, l'homme sent son énergie l'abandonner et doit tenter le tout pour le tout afin de regagner la côte qui n'est pas si éloignée. Il réunit ses dernières forces et pique un sprint sous-marin. Là une chose inhabituelle se produit, totalement à la merci de l'animal, celui-ci le rattrape et au lieu d'en finir l'accompagne au bord.

Contrairement aux croyances populaires il n'est pas rare d'observer chez l'animal des comportements généralement attribués à "l'humain". On a déjà vu des orques épargner leurs proies qui avaient mener une belle lutte pour leur survie. Un peu comme une reconnaissance de leur valeur. Il est aussi probable que l'écologiste avait rassasié le prédateur car il était bien en chair le bougre.

Les scientifiques s'accordent à dire que l'animal pourrait être "Deep Blue" un énorme requin blanc femelle de 7 mètres (marqué) dont la balise argos l'avait géolocalisé pile dans la zone à ce moment précis. Un animal particulièrement gros et intelligent.

PAYET et LAROCHE seront probablement poursuivis pour détérioration de biens publics et mise en danger de la vie d'autrui.

L.O

Aller au haut