bac dab
Tout part d'un simple contrôle d'identité dans un quartier de la ville du Port réputé "chaud", les fonctionnaires de Police soupçonnent un groupe de jeunes de plusieurs infractions avec violence.

C'est donc dans la Zac TITAN que 4 fonctionnaires de la Bac vérifient les papiers d'identité de 5 jeunes portois bien connus des services de Police. N'ayant pourtant rien à voir dans l'histoire, le jeune Léo vient se mêler à l'affaire et gêner les forces de l'ordre dans leur procédure déjà très tendue. L'intervention de l'individu étranger au contrôle complique la tâche aux agents de l'ordre. Les 5 jeunes se rebellent davantage. Quelques mandales plus loin avec un zeste de gaz poivre, les 5 jeunes du Port retrouvent la sérénité malgré eux. Ce qui n'est pas le cas de Léo qui trouve encore à redire.

Agacés par les menaces ordinaires des contrevenants (menaces de mort et menaces aux familles), mais aussi par la situation globale dans le pays (fonctionnaires brûlés vifs et terrorisme), les hommes de la BAC sont un peu tendus. Le jeune Léo se montre à son tour violent et veut en découdre avec le seul policier qui ne tient pas en respect les 5 jeunes déjà saucissonnés.

Mal lui en prend, il n'arrive pas à prendre le dessus et décide de prendre la fuite après avoir quand même blessé le policier. C'est à ce moment que le fonctionnaire en respectant la réglementation en vigueur décide de se servir de sa matraque de service aussi appelée "Tonfa". Léo a pris de l'avance, l'agent NAGAMA décide alors dans un geste maitrisé d'arrêter le fuyard en lançant dans sa direction son TONFA. L'arme tournoie à une vitesse folle et vient se loger avec une précision déconcertante dans l'anus du "caniard" en perforant au passage son pantalon. L'agent déclenche alors un DAB avant même l'impact comme s'il était certain de son coup.

Il reçoit immédiatement les applaudissements de ses 3 collègues, et même les 5 jeunes sont impressionnés par tant de dextérité. L'un d'eux lance même avec défiance "ça un coup de chance ça".

NAGAMA s'approche du jeune Léo et récupère sa matraque souillée qu'il nettoie sur le tee-shirt de celui-ci. Mais Léo n'a pas compris la leçon et tente encore de fuir, toujours dans l'exercice légal de la force pour une interpellation, NAGAMA réalise à nouveau un parfait second lancé, le résultat est le même, pile dans le rectum de Léo qui chute à nouveau. Le fonctionnaire marque encore son succès par un nouveau magnifique DAB.

Les collègues applaudissent de nouveau, et même les 5 jeunes reconnaissent la valeur du policier et commencent à lui montrer du respect, l'un lance même "faut reconnaitre ou lé bon gars, mais y peut encore être un coup de chance hein, moin lé sur ou gagne pas refait encore".

Léo tente encore de fuir pour la 3ème fois. Nouveau lancé et encore en plein dans le 1000, nouveau DAB magistral. Le policier acquiert définitivement le respect des 5 amis de Léo qui commencent à se prendre au jeu. Ils encouragent leur ami "té Léo cours encore un coup na war va, ah ah, allé gars". Léo s'exécute mais il est de nouveau rattrapé par le TONFA...

C'est à son tour de commencer à être agacé par le policier de la BAC. "Moin mi dit c'est un coup la chance pess moucate, mi parié 10 euros si moin lé plus loin ou sa loupe à moin".

Et dans un ultime geste de défiance, Léo entame une nouvelle fuite après que NAGAMA ait une nouvelle fois récupéré son projectile. Comme voulant montrer son excellence, l'homme de la BAC laisse cette fois Léo prendre 30 mètres d'avance avant d'exécuter un lancé incroyable. Malgré la distance NAGAMA est un véritable sniper et touche sa cible en plein milieu de la raie, il signe cette fois un DAB au ralenti pour marquer son nouvel exploit.

Ses collègues l'acclament ainsi que les 5 amis du fuyard dans des "hourra !!" retentissants aux alentours. Léo reconnaît sé défaite et dans un moment de grâce s'adresse à l'homme qui vient de l'interpeller : "Hein voila oute 10 euros, moin na qu'une seule parole, ou lé trop fort gars". Puis il se laisse amener au poste sans davantage de résistance.

Léo confiera à la presse qu'il regrette d'avoir agressé des hommes qui ne faisaient que leur travail et que s'il était resté à sa place pendant que ses amis auraient gentiment présenté leur papier comme demandé sans rébellion, la situation aurait été différente.

On apprendra que NAGAMA était en fait champion de la Réunion "Junior" de Twirling Bâton dans sa jeunesse, ceci expliquant sûrement cela.

T.O

Aller au haut