volcan
Terrible fait divers hier au Piton de la Fournaise. Un artisan sculpteur travaillant au noir a volontairement ignoré toutes les consignes de sécurité en cours pour finalement périr atrocement dans la lave.

Maurice TAZIEFF était un marginal bien connu de la ville de Saint-Philippe. Un homme décrit comme gentil, serviable pour autant vivant un peu en marge de la société. L'individu avait cru flairer le bon filon pour enfin prendre une revanche sur la vie, devenir riche. Tout son business était basé sur la fabrication d'objets d'art moulés à même la lave. Il avait à cette occasion commandé dans une société aux USA, des moules en une matière métallique dont la température de fusion est supérieure à celle de la lave, l'adamantium. Les commandes ont afflué du monde entier et TAZIEFF n'attendait plus qu'une éruption. Il y a même un Mauricien fortuné qui a passé une commande spéciale d'une sculpture moulée en forme de roche volcanique, un vrai défi technologique.

Hier matin Maurice TAZIEFF arrive très tôt sur place, il échappe à la vigilance des gendarmes présents pour s'approcher de l'enclos ou la roche liquide coule à profusion. Il est vêtu pour l'occasion d'une tenue de protection "maison" qu'il a confectionnée entièrement en nylon.

L'artisan prend le premier de sa centaine de moule et l'enfile sur sa canne de support pour commencer son défi. Les choses se gâtent rapidement. L'artiste n'a pas pensé que même si ses moules résistent à la température, la tige en bambou séché qu'il a choisi comme support s'enflammerait immédiatement. Et là l'impensable survient. Le bambou brûle et son moule tombe dans la lave incandescente.

A 1200 euros le moule, Maurice n'hésite pas, il fonce récupérer l'objet avant que celui-ci ne soit englouti. Armé de son gant en nylon il entreprend de reprendre sa propriété. La suite est à peine soutenable. Il tend le bras mais sa combinaison s'enflamme à une vitesse folle. La température horrifiante à plus de 1000 degrés fait que son bras droit se détache de son corps et tombe à côté du moule. Un peu déçu par la tournure des évènements, l'aventurier ne se dégonfle pas et entreprend d'une pierre deux coups de récupérer son bras en même temps que le moule hors de prix. C'est en se penchant un peu trop qu'il finira par tomber tête la première dans la matière en fusion. Les témoins impuissants sont tétanisés.

"ça a été vite, il a flambé comme une allumette, ça a fait pssshhh" nous confie Emile.
"Après sa chute, il a refait surface en lâchant un dernier "Aïe ça pique" puis a coulé dans un nuage de fumée" nous rapporte Marion.
"Il n'a pas souffert c'est certain, car on peut pas mourir plus vite que ça c'est pas possible" nous déclare Eddy.

L.O

Aller au haut