menaces gendarmesC'est suite à une alerte donnée sur les réseaux sociaux que les gendarmes de la brigade de Saint-Joseph ont voulu retrouver les membres d'un groupe de rap se faisant appeler "los bandidos".

Les agents de l'ordre étaient assez remontés et ont mis les petits plats dans les grands pour traquer sur la toile les auteurs de ces menaces très explicites "brûler les gendarmes et les couper au sabre" (voir article sur clicanoo). La tache n'a pas été simple tant les délinquants avaient pris soin de bien masquer leur adresse IP à l'aide de différents Proxy et de puissants Pare-feux à travers le monde.

C'est donc bien renseignés et en tenue d'intervention que les militaires arrivent prêts à en découdre dans un quartier étonnamment chic de Saint-Joseph. La maison ciblée est cernée, le groupe de rap enregistrerait ses morceaux dans un garage familial. Aucun risque n'est pris, une grenade lacrymogène est envoyée pour enfumer les contrevenants et les désorienter afin de les interpeller sans danger pour les forces de l'ordre.

Et là c'est la surprise. En lieu et place de dangereux délinquants tatoués et multirécidivistes, ce sont plutôt une troupe de bambins qui court dans tous les sens totalement terrorisés et aveuglés, en légère suffocation. Et pourtant les gendarmes ne se sont pas trompés d'adresse.

La garde à vue révèlera que c'est en réalité une bande de gamins de 10 ans d'âge tous fans du jeu GTA qui a tout faumenté. Cette bande d'enfants précoces a donc employé des moyens technologiques avancés à coup de trucage photo, vidéo et sonores pour créer un groupe de rappeurs virtuel. Ils ont utilisé des filtres vocaux pour se faire des voix d'adultes et ont utilisé un logiciel de vieillissement pour avoir l'air grands dans leurs vidéos.

Ils sont en réalité bourrés d'humour, car ils avoueront qu'ils voulaient que leurs personnages collent à la réalité et ont volontairement écrit des paroles stupides à manger du foin en s'inspirant de différentes vidéos qu'on trouve sur Youtube avec la requête "rap 974". Le style vestimentaire caricatural a été aussi volontairement reproduit. Ils s'en sortiront finalement avec un simple rappel à la loi.

L.O

Aller au haut