famille virapoullé
C'est dans les hauts de Saint-André dans le lieu-dit Dioré que les père et fils VIRAPOULLÉ nous accueillent sur leur modeste propriété de 250 hectares afin de nous présenter leur recette familiale du cabri massalé.

Les deux membres de la dynastie VIRAPOULLÉ qui sont maires de père en fils depuis la nuit des temps ont en effet accepté de participer au premier numéro de LINFOOD974. Le concept est simple, des personnalités réunionnaises nous présentent leur recette de cuisine.

C'est Jean-Marie qui du haut de son fier destrier a traqué toute la nuit une maman cabri et son petit à l'aide de sa horde de chiens et de son matériel de chasse dernier cri (fusil à visée laser, lunettes infra-rouges, drone à détection thermique et des grenades incendiaires). Les deux bêtes rusées ayant finalement réussi à échapper au chasseur d'élite, celui-ci a finalement dû attendre que les caprins rentrent d'eux-même dans leur enclos pour les capturer.

Pour cette recette spéciale c'est "PAPA VIRA" qui prend le relais, il nous explique que le choix de l'animal est primordial. En effet il faut absolument sélectionner un bébé cabri. Plus ils sont jeunes, mieux c'est. Si la maman l'allaite toujours c'est encore mieux. Jean-Paul VIRAPOULLÉ nous apprend que le petit être innocent doit mourrir dans d'atroces souffrances afin que l'animal soit le plus stressé possible avant de trépasser. L'idée n'est pas de maltraiter l'animal gratuitement mais plutôt de faire en sorte que lors du stress avant le décès, le sang pénètre bien tous les muscles afin de donner cette saveur unique au mélange épices / viande ensanglantée / lait maternel.

Pour ce faire, celui qu'on appelle aussi "TONTON VIRA" a sa propre méthode qui a déjà fait ses preuves. Il attache généralement le petit animal sans défense tête en bas à un arbre afin de pouvoir le rouer de coups pendant environ 2h30. "Il faut savoir doser ses coups" nous dit-il car l'animal doit endurer des souffrances inhumaines et monstrueuses tout en ne mourant pas trop vite. Puis vient le moment de la mise à mort où l'homme politique finit par enserrer le cou de la petite boule de fourrure afin de lui retirer lentement son dernier souffle de vie. Non sans fixer les yeux de la petite et pure créature pendant que la vie l'abandonne à jamais afin qu'il quitte cette terre avec l'image de celui qui l'a envoyé devant YAMA. Le patriarche Saint-Andréen nous confie que c'est son petit plaisir car il ressent la même sensation agréable qu'en fixant ses adversaires politiques après leur défaite.

Pour le reste c'est simple nous explique le chef cuisinier du jour. Vous prenez une marmite, vous mettez les bouts de viande dedans, de l'ail, du thym, des tomates, des oignons, du gingembre, du caloupilé, du safran, du sel, du poivre, du persil, de l'huile, de l'eau mais surtout du massalé, beaucoup de massalé, tout le monde aime le massalé. Une fois les ingrédients dans la marmite, mettre de l'eau et faire bouillir le tout 30 minutes et servir avec du riz et des gros pois.

La famille VIRAPOULLÉ, Linfaux974 et Linfood974 souhaite à toute la communauté tamoule une bonne année 5117.

L.O

Aller au haut