sinimalé portrait
On sait maintenant pourquoi il n'y a plus assez de roches pour la nouvelle route du littoral, une société a offert beaucoup plus aux professionnels du transport pour s'accaparer tout le stock.

C'est la nouvelle société "Sini-Construction" qui a décroché l'appel d'offre lancé il y a un an par la Mairie de Saint-Paul pour la construction d'un ouvrage d'art en lieu et place de La Marianne située en hauteur de la baie de Saint-Paul. La somme  de 70 millions d'euros n'est pas anodine mais l'équipe municipale tenait à surprendre les administrés qui ignoraient jusqu'au dernier moment la nature de l'ouvrage d'art annoncé.

Les observateurs étaient persuadés que ces travaux de 6 mois et toutes ces bâches cachaient en fait la réfection du portrait du symbole de la République, à savoir La Marianne. Mais Joseph SINIMALE a pris tout le monde à contre-pied comme à son habitude et a réservé à ses administrés une bien meilleure surprise en dévoilant hier cette construction grandiose qui a exigé pas moins de 900 camions de roches.

Joseph SINIMALE : "Oui c'est vrai les impôts des Saint-Paulois vont un peu augmenter pendant les 40 prochaines années, mais ça valait le coup hein ? J'ai fait plus que quiconque pour cette commune et mes administrés méritaient ce cadeau. Et puis ça va attirer les touristes comme au Mont Rushmore. Bientôt ces casse-pieds d'écologistes auront oublié les quelques pétrels et pailles-en-queue qu'on a dû dynamiter pour ne se souvenir que de la magnificence de cette oeuvre. J'ai engagé la même équipe qui a construit le temple Tamoul de Piton-Saint-Leu, c'est ressemblant non ?".

Joseph SINIMALE qui était jusqu'ici le parent pauvre du trio D.ROBERT/N.DINDAR/J.SINIMALE peut enfin se regarder en face car lui aussi a désormais un projet qui coutera des millions à la collectivité au même titre que la NRL ou les bus à étage. L'équilibre est enfin rétabli.

L.O

N.B : Le marché forain de Saint-Paul et les bars du front de mer devraient bientôt laisser place à une statut en or massif à l'éffigie de Sandra SINIMALE selon une note officielle de la municipalité.

Aller au haut