malbar mercedes
C'est un phénomène de société très connu à l'Île de la Réunion, la réussite financière est le facteur le plus important qui soit pour la communauté Malbar, cela passe bien avant le bien-être ou la santé.

En réalité la réussite financière est subjective car faute d'être riche, l'important est de le paraître. Cela nos congénères Malbar l'ont bien compris. Qui n'a jamais été réveillé en sursaut par une personne de la communauté Tamoule qui passait à proximité de son habitation ? Cela simplement avec le bruit de ses bijoux qui s'entrechoquent pendant ses déplacements, faisant penser à une alarme de voiture ?

Une enquête a prouvé que seulement 1 malbar sur 10 porte de vrais bijoux. Nos amis ont développé avec le temps des tas d'astuces pour afficher de faux signes extérieurs de richesse. Des bijoux dorés avec même des imitations de poinçons. Beaucoup d'hommes portent une fausse moustache car celle-ci est symbole de réussite dans la communauté.

Le signe de richesse ultime reste la Mercedes. Un malbar qui n'a pas de Mercedes à 50 ans a manqué sa vie. Jean-Yves Tangamoutou le sait. Ayant échoué dans les affaires et étant poursuivi par les huissiers, il refuse malgré tout la fatalité. Il a reçu sa fausse moustache et sa fausse gourmette commandées sur le site Wish, il ne lui manque plus que la Mercedes pour avoir réussi son existence. Etant à court de liquidités, il opte pour une Merdédès classe C d'occasion modèle 2000.

Au dernier service dans une chapelle de Saint-André, Jean-Yves arrive au volant de son bolide avec sa radio à fond qui passe le dernier tube Bollywood du moment. Chemise ouverte et sa chaîne dorée Wish autour du cou, Tangamoutou parade. Mais sa mise en scène ne convainc pas l'assemblée de connaisseurs en automobile. Ceux de sa communauté qu'il voulait impressionner sont écroulés de rire et n'en finissent plus de se moquer, certains le traitant même de "Malbar oki".

A ce moment Jean-Yves Tangamoutou est humilié et fait ce que n'importe quel Malbar aurait fait à sa place. Il va directement à l'aéroport pour se rendre en Chine où il vend un de ses reins à un riche homme d'affaires chinois malade pour 100 000 euros. Une semaine après il obtient enfin le respect des siens en arrivant au temple au volant du dernier modèle de Mercedes SLC payé comptant et portant de vrais bijoux.

L.O

Aller au haut